Prolapsus de l'utérus

Température actuelle à Tunis Vitesse du vent à Tunis Direction du vent à Tunis Lever de soleil à Tunis Coucher de soleil à Tunis
° Km/h

Traitement du prolapsus utérin en Tunisie : Prix et informations

Prolapsus utérin Tunisie



Prolapsus utérin en Tunisie prix. Chirurgie à prix compétitifs et informations technique

Qu'est-ce qu'un prolapsus utérin ?

Prolapsus utérin en Tunisie à prix pas cherLe prolapsus utérin signifie la descente de l'utérus de son siège normal dans le petit bassin, vers le bas, à l'intérieur du canal vaginal, jusqu'à ce qu'il sorte du vestibule du vagin dans les cas les plus graves.L'origine de ce trouble doit être recherchée dans un affaiblissement du plancher pelvien, une structure qui est responsable des organes de soutien tels que:
Utérus.
Vessie.
Rectum.
Et pour cette raison, le prolapsus utérin peut parfois être associé à un prolapsus vésical et/ou rectal. C'est une condition qui affecte principalement les femmes ménopausées et survient généralement avec:
Sensation de poids et d'inconfort à l'aine.
Troubles pendant les rapports sexuels.
Difficultés urinaires, pouvant aller jusqu'à l'incontinence urinaire dans les cas les plus graves..
Le traitement varie selon le degré de prolapsus:
Une première approche, utile pour prévenir ou ralentir la progression, consiste à faire de la gymnastique pour renforcer le plancher pelvien (par exemple, les exercices de Kegel sont très connus).
Dans les cas plus avancés et symptomatiques, cependant, le recours à la chirurgie peut être indiqué.
Dans certains cas, il est possible d'inverser la progression du prolapsus grâce à la pratique régulière et constante d'exercices spécifiques capables de renforcer les muscles du plancher pelvien, tandis que chez d'autres femmes, les symptômes et la gravité ont tendance à augmenter avec le temps et avec l'âge, ce qui rend plus une approche médicale incisive et parfois chirurgicale est indispensable.
Un prolapsus n'est pas un trouble susceptible d'exposer le patient à la vie, mais il peut avoir un impact très profond en termes d'inconfort, de douleur et de retentissement psychologique.

Quels sont les causes ?

Le plancher pelvien est une structure composée de muscles, de ligaments et de tissu conjonctif qui remplit principalement deux fonctions :
Soutient des organes tels que l'utérus, la vessie, le rectum.
Il permet le passage de l'urètre, du canal vaginal et de la dernière partie du rectum.
Le prolapsus des organes pelviens se produit lorsque le plancher pelvien s'affaiblit et n'est plus en mesure de fournir un soutien adéquat.
Si les structures musculo-ligamentaires qui composent le plancher pelvien sont blessées ou cèdent, il est probable que leur fonction de soutien des organes pelviens échouera, entraînant leur descente vers le bas.
Le prolapsus utérin consiste en le glissement vers le bas de l'utérus et son entrée conséquente dans le vagin ; elle peut prendre des degrés divers et dans les formes les plus évoluées elle peut sortir du vestibule du vagin et être visible à l'extérieur.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes comprennent :
Sensation de lourdeur pelvienne.
Perception du mouvement des viscères au niveau de l'aine, notamment lors des changements de position.
Gonflement génital et écoulement de l'utérus par le vagin.
Inconfort ou douleur lors des rapports sexuels.
Miction incomplète, fréquence accrue et incontinence urinaire d'effort (à la suite de la toux, des éternuements, des efforts, …).
Difficulté à évacuer.
Le symptôme le plus frappant du prolapsus utérin avancé est la protrusion de l'utérus hors du vagin. Dans les cas moins graves, cela ne se produit pas, mais la perception de la présence d'un corps étranger dans l'aine ou une sensation de lourdeur ou d'inconfort pelvien peut être signalée. Cette gêne peut être accentuée en position debout, en marchant, en changeant de position ou lors d'une activité sexuelle.
Les symptômes urologiques sont fréquents et se manifestent par:
L'incapacité de vider complètement la vessie en urinant.
Ou, à l'inverse, l'incontinence urinaire.
Il est important de se rappeler que dans les cas de prolapsus utérin léger, la condition peut également être asymptomatique.

Quels sont les complications et pathologies associèes ?

Une complication pouvant survenir au cours d'un prolapsus utérin est l'ulcère vaginal : la protrusion de l'utérus dans le vagin provoque en effet une irritation chronique des parois vaginales pouvant conduire à la longue à la formation d'un ulcère. L'ulcère peut se manifester par des saignements et peut s'infecter.
Une vidange incomplète de la vessie peut donner lieu à une cystite récurrente.
L'affaiblissement du plancher pelvien prédispose au développement, parfois en même temps, de :
prolapsus de la vessie,
prolapsus rectal.

Comment diagnostiquer ?

Le diagnostic est assez simple : la descente de l'utérus dans le vagin est en effet confirmée lors d'une visite gynécologique normale. Afin d'encadrer correctement le cas du patient examiné et de diagnostiquer d'autres troubles concomitants éventuels, il est nécessaire de procéder à une anamnèse précise et, dans certains cas, il peut être indiqué de subir des tests supplémentaires.
Le nombre et les caractéristiques des naissances de la patiente, la présence ou l'absence de ménopause ou toute carence en œstrogène sont recherchés à travers l'anamnèse gynécologique. D'autres facteurs de risque sont alors pris en considération, comme l'obésité, la constipation chronique ou la présence d'autres pathologies qui provoquent une augmentation de la pression abdominale et toute intervention chirurgicale subie dans la région pelvienne.
Lors de l'examen gynécologique, la présence d'un prolapsus est évaluée et il est possible que le médecin demande à la patiente de se tenir debout, car le prolapsus peut devenir plus évident grâce à l'action exercée par la force de gravité. Alternativement, une expiration forcée à glotte fermée peut être demandée : cette manœuvre, appelée Valsalva, provoque une augmentation de la pression intra-abdominale et permet également une meilleure évaluation du prolapsus.
Rarement, il peut être nécessaire de subir une résonance magnétique nucléaire pour un diagnostic définitif.
Il peut être nécessaire de subir un examen urologique, surtout si des troubles de la miction sont présents.

Quel est le traitement ?

Dans les formes bénignes et asymptomatiques, il peut suffire de suivre quelques précautions pour éviter la progression du prolapsus ; dans ces cas, il est recommandé d'effectuer quotidiennement des exercices qui renforcent les muscles du plancher pelvien.
Ces exercices sont appelés exercices de Kegel, du nom du gynécologue américain qui a été le premier à identifier et à diffuser ses bienfaits, et consiste à effectuer des contractions alternées avec le relâchement des muscles pubococcygiens, qui sont les muscles qui sont utilisés pour tenter d'interrompre le flux urinaire pendant la miction. La gymnastique du plancher pelvien doit être pratiquée quotidiennement, la contraction des muscles doit être maintenue pendant environ 5 secondes et est suivie d'une relaxation qui dure environ deux fois plus longtemps. Il est recommandé de répéter l'exercice une dizaine de fois par séance et d'effectuer trois séances par jour (matin, midi et soir). Les exercices doivent être effectués après avoir vidé la vessie et il est important d'éviter le surentraînement qui pourrait entraîner une fatigue musculaire excessive et donc des effets indésirables.
Lorsqu'elle est effectuée régulièrement et correctement, la gymnastique du plancher pelvien est également efficace pour prévenir ou réduire l'incontinence urinaire.
Dans les formes les plus avancées et symptomatiques du prolapsus utérin, des traitements médicaux et/ou chirurgicaux sont utilisés.
Les patientes présentant des troubles hormonaux, tels que la baisse des œstrogènes typique de la ménopause, peuvent bénéficier d'une œstrogénothérapie. En effet, ces hormones contribuent à déterminer une plus grande tonicité des muscles du plancher pelvien et un meilleur trophisme des muqueuses.
Parmi les remèdes non chirurgicaux, on trouve des pessaires, des dispositifs en caoutchouc ou en silicone qui sont placés à l'intérieur du canal vaginal et permettent de repositionner l'utérus en le maintenant au bon endroit. Ils offrent l'avantage d'éviter la chirurgie, mais en revanche ils exercent une certaine pression sur les tissus sur lesquels ils reposent et peuvent donc favoriser la formation d'ulcères. Ils peuvent être utilisés chez les patients qui ne souhaitent pas subir de chirurgie ou comme remède temporaire en attendant la chirurgie.
La chirurgie a pour but d'éliminer définitivement les troubles liés au prolapsus utérin ; il existe plusieurs approches disponibles et les procédures principalement réalisées sont
hystérectomie (ablation de l'utérus).
hystéropexie (suspension de l'utérus).
Le choix du type d'opération se fait en fonction des caractéristiques du patient, de la présence d'autres pathologies de la région pelvienne et de l'expérience du chirurgien.

Comment Prévenir ?

La prévention du prolapsus utérin chez les femmes prédisposées repose sur l'adoption des précautions suivantes :
Pratiquez constamment les exercices de Kegel qui aident à renforcer le plancher pelvien.
Réduction du poids corporel en cas de surpoids .
Suivez une alimentation équilibrée riche en fibres pour éviter la constipation.
Évitez de faire des efforts qui provoquent une augmentation significative de la pression intra-abdominale, comme soulever des poids excessifs.
Arrêtez de fumer et, en cas de maladies respiratoires, contrôlez la toux avec des médicaments spécifiques.