Prothèse de l'épaule

|     Total confirmé 1.147.072|     Total décès 29.268|     Personnes hospitalisées 44|     Total tests 4.975.826|     Total doses vaccinées 13.189.345|     Nouveau cas 81|     Nouveau décès 0|     Nouveaux tests 1.370|    ***     Plus d'informations ici     ***


Prothèse de l'épaule en Tunisie


Qu'est-ce que c'est?

Prothèse de l'épaule en Tunisie à prix pas cherLe remplacement articulaire artificiel est nécessaire lorsque les dommages aux surfaces articulaires sont irréparables, la fonction est restreinte et la douleur associée ne peut plus être traitée. Le moment de l'opération dépend du niveau de souffrance individuel et de l'étendue de la restriction de la qualité de vie. Le but de l'intervention est de réduire la douleur et de rétablir une bonne fonction de l'épaule pour la vie quotidienne.

Principes anatomiques et symptômes

L'articulation de l'épaule est une articulation à rotule avec une douille sur l'omoplate et une boule sur le bras. Le cartilage articulaire recouvre à la fois l'emboîture et la rotule de l'articulation et permet un glissement optimal des surfaces articulaires. Contrairement à la hanche, la cavité articulaire de l'épaule est plate et ne recouvre qu'une petite partie de la rotule. Cela permet à l'articulation de l'épaule d'être très mobile. Une condition préalable au bon fonctionnement de cette articulation est donc un manteau de tissus mous intact. Cela comprend à la fois la capsule articulaire avec les ligaments qu'elle contient, ainsi que les tendons et les muscles environnants. La musculature se compose d'une couche interne, la coiffe des rotateurs, qui confère à l'articulation une stabilité active, et d'une couche externe - le puissant muscle deltoïde. Ils sont chargés de lever activement le bras. Les nerfs et les vaisseaux qui irriguent le bras passent à proximité immédiate de l'articulation.
Diverses maladies peuvent entraîner la destruction des surfaces articulaires. La cause la plus fréquente est l'arthrose de l'épaule (omarthrose). Le cartilage est usé et l'articulation perd de plus en plus sa forme en raison de dépôts osseux sur les bords articulaires (appelés ostéophytes). D'autres causes de destruction articulaire sont les maladies inflammatoires telles que la polyarthrite chronique, les troubles circulatoires de la rotule (nécrose), les suites d'accidents, l'instabilité chronique et les déchirures tendineuses étendues de la coiffe des rotateurs.

Diagnostic

Les radiographies conventionnelles sont principalement faites dans diverses projections. Un examen échographique (échographie) fait également partie de l'examen standard d'évaluation de la coiffe des rotateurs. Des examens complémentaires tels qu'une IRM (imagerie par résonance magnétique) ou un scanner (tomodensitométrie) peuvent être nécessaires.

Traitement opératoire

Le remplacement articulaire artificiel est nécessaire lorsque les dommages aux surfaces articulaires sont irréparables, la fonction est restreinte et la douleur associée ne peut plus être traitée. Le moment de l'opération dépend du niveau de souffrance individuel et de l'étendue de la restriction de la qualité de vie. Le but de l'intervention est de réduire la douleur et de rétablir une bonne fonction de l'épaule pour la vie quotidienne.

La prothèse

Différents implants sont disponibles pour différentes maladies. Les composants du bras supérieur sont principalement en alliages métalliques ou en titane. Les matières plastiques (polyéthylène) sont souvent utilisées côté douille. Selon la qualité de l'os, les composants peuvent être cimentés ou non cimentés. Si seule la rotule de la partie supérieure du bras est remplacée, on parle d'hémiarthroplastie, et si l'emboîture est remplacée en même temps, on parle d'une arthroplastie totale. En principe, trois systèmes sont utilisés : la prothèse d'épaule anatomique, le remplacement de surface (implants sans tige) et la prothèse d'épaule inversée.

La prothèse d'épaule anatomique

En cas de destruction articulaire avec une coiffe des rotateur (coiffe tendineuse) intacte et une bonne fonction musculaire, une prothèse anatomique hémi ou totale est utilisée. Le but de la prothèse anatomique d'épaule est la reconstruction de l'anatomie d'origine tout en protégeant les attaches tendineuses de la coiffe des rotateurs. La surface de l'humérus est remplacée par un hémisphère métallique et ancrée dans l'os avec une tige. La douille articulaire est remplacée par une plaque en plastique et fixée à l'omoplate avec des épingles.

Le remplacement de surface (implants sans tige)

Comme alternative à la prothèse totale conventionnelle, qui est ancrée via un composant à emboîture, il existe souvent la possibilité d'une implantation de prothèse sans emboîture. Un hémisphère métallique sans tige est fixé à l'os. Cette méthode peut s'avérer particulièrement utile en cas d'anatomie altérée dans la zone de la tige du bras (par exemple en raison de fractures mal cicatrisées). Cet implant peut également être utilisé comme hémiprothèse ou comme prothèse totale.

La prothèse d'épaule inversée

La prothèse d'épaule inversée ou inversée est une forme particulière de prothèse articulaire artificielle qui apporte une solution anti-douleur en cas de signes avancés d'usure du cartilage et des tendons (coiffe des rotateurs). L'emboîture de l'omoplate est remplacée par une rotule artificielle et la rotule de la partie supérieure du bras par une emboîture artificielle. Ce système a un meilleur ajustement de forme et se traduit ainsi par une meilleure stabilité. Ce changement de biomécanique rend à nouveau possible la mobilité active de l'épaule, même avec des défauts tendineux simultanés, car le fort muscle deltoïde (couche musculaire externe) prend en charge la fonction manquante de la coiffe des rotateurs.
Cependant, la rotation externe active du bras ne peut pas être restaurée avec cet implant seul. Une chirurgie de remplacement musculaire simultanée peut devoir être envisagée. En cas de changement de prothèse, cet implant convient également très bien comme prothèse de révision.

Soins de suite et réadaptation

Après l'opération, le bras est immobilisé dans un bandage en écharpe (orthogilet), la nuit pendant environ quatre semaines, le jour seulement si nécessaire. La physiothérapie avec des exercices de mouvement guidés commence le premier jour après l'opération. En règle générale, vous sortez de l'hôpital et rentrez chez vous. Le bras affecté peut être activement déplacé pendant la journée, mais ne doit pas être chargé initialement. La physiothérapie – combinée sous forme de thérapie sèche et hydrothérapie – a lieu environ deux fois par semaine pendant un total de trois à six mois. Des sutures auto-dissolvantes qui n'ont pas besoin d'être retirées sont généralement utilisées pour la suture cutanée. Des soins spéciaux des plaies ne sont pas nécessaires. Des contrôles médicaux réguliers sont généralement effectués après six semaines, trois mois, six mois et après un an.

Risques

Les complications pendant et après l'opération sont généralement rares après la prothèse articulaire de l'épaule. Une infection est une complication rare (environ 1 %) mais grave. Les infections peuvent survenir immédiatement après l'opération, mais aussi beaucoup plus tard, des mois ou des années plus tard. Ces infections tardives sont causées par des bactéries qui atteignent l'implant via la circulation sanguine. Dans ces cas, il peut être nécessaire de retirer temporairement l'articulation artificielle. Après une antibiothérapie, une articulation artificielle peut être réinsérée. Cependant, une antibiothérapie au long cours sur des mois est à prévoir.
Les lésions des vaisseaux sanguins et des nerfs, en particulier du nerf axillaire, qui passe à proximité immédiate du site chirurgical, sont également rares (environ 1 %). L'étirement du plexus nerveux pendant l'opération peut entraîner des troubles ou des faiblesses sensorielles essentiellement temporaires. Les os cassés sont également très rares et peuvent être traités avec des fils ou des plaques de cerclage au cours de la même chirurgie.

Chances de succès

La mesure dans laquelle la fonction de l'épaule peut être améliorée dépend notamment de l'état avant l'opération. Une restriction de mouvement qui existe depuis de nombreuses années entraîne un raccourcissement des tissus mous et aussi une régression des muscles. Les opérations et les blessures antérieures jouent également un rôle important dans le pronostic. Dans la majorité des cas, cependant, une excellente réduction de la douleur et souvent une amélioration de la fonction et de l'amplitude des mouvements peuvent être obtenues.